Grand pardon de Saint Paul Aurélien et rentrée paroissiale.

Une perspective de joie chrétienne.
    Le Grand pardon de Saint Paul Aurélien, patron de notre paroisse, se déroule habituellement le 2° dimanche de septembre. Cette année, pour des raisons techniques, nous l’avons placé le dimanche 27 septembre.
    Ce jour de pardon est également le moment de lancement de l’année pastorale. Nous allons vivre de la grâce de Dieu pendant une année, avec toute notre foi, avec le secours des sacrements et dans l’exercice de la charité. Dans ce monde incertain, nous voulons porter l’espérance chrétienne.
    Cette espérance n’a aucune force si elle n’est pas portée par le Christ, et à sa suite, nous sommes invités à nous réjouir avec lui, car nous faisons de grandes choses.
« Si vous croyez en moi, vous ferez les choses que je fais, vous en ferez même de plus grandes » (Jn 14,12).
    On ne peut rien faire dans la tristesse, et "un chrétien triste est un triste chrétien". On ne transmet rien sans donner également la joie qu’apporte ce que l’on transmet.

Le pardon ne pourra pas se tenir dans le format annoncé. ( Procession, apéritif, pique-nique, temps d'échange l'après-midi, Vêpres.)
Seule la messe aura lieu à 11h dans la cathédrale de Saint Pol. 
Nous restons prudents en période de risque sanitaire.

Historique
  Saint Paul Aurélien, communément appelé saint Pol de Léon, est du nombre des sept fondateurs d'évêchés bretons. Il naquit au Pays de Galles vers 480, où il fut condisciple de Gildas et de Samson à l'école monastique d'Ildut. Avec douze compagnons il traversa le Cornwall et gagna l'Armorique : il débarqua à Ouessant.
    De là, il vint sur le continent, probablement à Lampaul-Plouarzel, séjourna à Lampaul-Ploudalmézeau, puis se dirigea vers le castel de Léon. Le comte Withur lui donna un évangéliaire et une cloche, la forteresse gallo-romaine en ruines et l'Ile de Batz. Pol établit deux monastères, l'un dans l'île, l'autre dans le Castel.
   C'est sur l'injonction de Childebert qu'il reçut l'épiscopat : l'oppidum du Castel devint le centre de son apostolat. Evêque préférant la vie érémitique, il laissa la ville épiscopale à saint Jaoua. Il reprit plus tard la charge épiscopale, puis nomma pour lui succéder un autre de ses disciples : Kétoméren. Il put alors se retirer dans son monastère de l'Ile de Batz, où il mourut très âgé.
    Son attribut iconographique est le dragon, en souvenir du dragon dont il aurait délivré l'Ile de Batz, symbole du "dragon invisible" qu'il avait chassé du pays.

   Sant Paol Aurelian, anvet aliesoc'h Pol a Leon, a zo unan euz ar zeiz eskob o-deus diazezet eskoptiou Breiz. Ganet eo bet e Bro-Gembre wardro ar bloavez 480. E studi a reas asamblez gand Gweltaz ha Samson e skol sant Iltud. Gand daouzeg kompagnun e treuzas Kerne-Veur hag e teuas da Vro-Arvorig. Dilestra a reas war Enez Eusa.
   Goudeze e teuas d'an douar braz. Ar Hont Withur a roas dezan eun aviel hag eur c'hloc'h, ar c'hastell roman hag Enez-Vaz. Paol a zavas daou vanati, unan war an enezenn, egile er C'hastell.
   Evid senti ouz Childebert eo e teuas da veza eskob.
   War skeuden sant Paol e weler eun aerouant (dragon) ouz e dreid. Skarzet e-nefe an enezenn euz an aerouant, skeudenn ar c'hredennou faoz e-noa mouget er vro.


Diaporama pardon de Saint Paul Aurélien vers les années 1950.
Mgr André FAUVEL (1902 - 1983 )   Evêque de Quimper et Léon de 1947 à 1968


Eclairage de notre année pastorale, à la lumière de la Parole Biblique
« A cette heure même, (Jésus) tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint et il dit : ‘Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir’. » Luc 10,21