Accueil du Père CROGUENNEC comme curé de notre paroisse

Accueil du Père CROGUENNEC comme curé de notre paroisse

MOT DE REMERCIEMENT DE L’EQUIPE PASTORALE

Chers paroissiennes et paroissiens,
Au terme de cette belle célébration eucharistique, bienheureux sommes-nous.
Merci Monseigneur, d’avoir accepté avec beaucoup de disponibilité, de venir installer liturgiquement notre nouveau curé. Aussi, voudrions-nous, nous adresser au Père Guillaume qui a su vous dire oui, dans un esprit de service, lorsque votre choix s’est porté sur lui, pour être notre curé.
    Cher Père Guillaume, c’est la main sur le cœur, que nous vous disons merci, d’avoir accepté cette installation liturgique, à laquelle nous venons d’assister, et qui a fait officiellement de vous, notre curé, en présence de notre Père Evêque, et du peuple de Dieu. Sachez que c’est une fierté pour nous, de vous avoir comme curé.
Monsieur le président du conseil départemental,
Messieurs les Maires ou leurs représentants,
    Notre bonheur est grand de vous savoir présents parmi nous, à l’occasion de cette triple célébration. C’est une chance que nous avons avec vous, de pouvoir nous inscrire dans le paysage social, en vrais partenaires et dans un esprit de collaboration. Soyez tous remerciés.
Par ailleurs, merci à vous chrétiennes et chrétiens de la Paroisse Saint Colomban, venus accompagner le Père Guillaume. Votre nombre impressionnant à cette messe, est la signature vivante, qui prouve que le Père Guillaume, a été un bon pasteur chez vous, à l’image de notre Seigneur Jésus-Christ, et que la compétence pastorale qui le caractérise, suscitera aussi chez nous, un autre élan spirituel.
    Un grand merci à tous ceux et celles qui ont préparé, animé, organisé cette célébration. Nous sommes persuadés que par votre travail, vous avez fait monter vers le Seigneur, une belle offrande.
Chers paroissiens, je ne saurais terminer ces propos de remerciements, sans vous dire en présence de Monseigneur et de notre nouveau curé, que vous êtes le soleil qui brille dans le Ciel de la paroisse Saint Paul Aurélien du Haut Léon. Merci pour votre dynamisme spirituel et humain.
   Les Pères Fidèle GRAH et Christophe KELBERT et les membres de l’équipe pastorale vous souhaitent de passer fraternellement un bon dimanche et une journée bénie.


INSTALLATION ET MOT DU PÈRE GUILLAUME CROGUENNEC

  Frères et Sœurs dans le Christ, membres de la Paroisse St Paul Aurélien du Haut Léon, et plus largement sans doute réunis dans cette cathédrale, je suis heureux d’être au milieu de vous pour exercer chez vous et avec vous, mon ministère de Prêtre et de Curé.
  Après avoir vécu 6 ans dans le pays de Quimperlé, je remercie les fidèles de la Paroisse St Colomban d’avoir fait le déplacement pour nous rejoindre ce matin, accompagner des diacres Michel et Patrick. Ce déplacement témoigne de leur soutien et de leur esprit fraternel (sans doute également de leur reconnaissance).
   Je salue mes frères et sœurs, beau-frère, belle-sœur, neveux et nièces, filleul et amis, présents dans cette cathédrale : qui pour eux avoir un prêtre dans la famille, ou comme amis, cela n’arrive pas qu’aux autres. Merci de m’accueillir dans vos maisons.
Je salue les autorités civiles : Monsieur le Conseiller Général, les maires ou leurs représentants qui travaillent sans relâche pour administrer la cité au service du bien commun.
   En tant que Curé, je me réjouis par avance des bonnes relations qui se vivront entre les communes et la paroisse, avec le souci pour chaque Maire de maintenir accueillant et en vie le patrimoine religieux.
   Même si mes racines sont léonardes, je suis né à Lesneven, je ne connais pas beaucoup pour l’instant l’histoire de ce pays : c’est vous qui, si vous le voulez bien, allez m’apprendre l’histoire sociale, économique, politique, des hommes et des femmes qui vivent ici, et l’histoire tournée vers l’avenir des chrétiens de chaque clocher qui vivent en proximité, en sachant s’estimer, s’entraider mutuellement, en vivant la communion.
   Je vais pouvoir bénéficier du service et du travail des membres de l’équipe pastorale qui était sous la conduite du Père Dominique Thépaut, qui s’est retiré à Plouvorn, des prêtres Père Christophe et Père Fidèle, et les prêtres en retraite qui oeuvrent sur cette paroisse, des membres du Conseil pour les affaires économiques, et tous les bénévoles, comme vous, qui donnez de votre temps dans cette paroisse.
    Je remercie Monseigneur Dognin, notre Evêque, pour sa confiance, de m’avoir nommé comme pasteur chez vous. Cette responsabilité, je ne souhaite pas la vivre « seul » et je sais que cela ne sera pas le cas : il y a chez vous des disponibilités, des compétences, et des talents pour un travail ensemble, pour que l’Eglise et l’Evangile du Christ touchent ceux qui n’ont pas la chance de connaître le Christ.
Soyons des chrétiens dynamiques, et heureux, qui savent vivre au nom du Christ l’Esprit de service, de fraternité, de tolérance et d’amour.
    Sachons montrer sans complexe notre joie de baptisés qui répondent aux appels du Christ.
Merci à chacune, chacun d’entre vous, pour l’accueil et la bienveillance dont vous m’avez déjà témoigné depuis mon arrivée.
Je compte sur le soutien de votre prière, et j’ai été heureux de louer, de chanter, et de rendre grâce au Seigneur durant cette messe d’installation qui était vivante et belle.
Merci et bonne continuation
Père Guillaume Croguennec

Accueillons le Père Guillaume Croguennec, notre nouveau curé.

Accueillons le Père Guillaume Croguennec, notre nouveau curé.

     Dimanche 19 septembre à 10h30, en la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon nous serons réunis autour de notre évêque, Mgr Laurent Dognin, venu installer notre nouveau curé, le Père Guillaume Croguennec au cours d’une liturgie eucharistique.

     Le Père Croguennec recevra sa charge pastorale de l’évêque qui lui attribuera trois missions : enseigner, sanctifier, gouverner. Ces missions se trouvent aux fondements du christianisme dans ce passage des Actes des apôtres (2,42): « Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. »

     Notre curé aura la charge de transmettre la parole de Dieu, notre boussole communautaire, à travers la prédication, la catéchèse, les groupes bibliques…, en lien avec les interrogations de nos contemporains. 

     En présidant l’eucharistie, de laquelle découlent tous les sacrements, le curé participe à la mission épiscopale de sanctification des fidèles, veillant à ce que la communauté paroissiale soit habitée par le goût de la prière.

     Le curé prend part à la charge de l’évêque de rassemblement et de communion de tous dans la paix et l’unité, en portant une attention particulière à ce que chacun se sente accueilli dans la communauté paroissiale, à commencer par les nouveaux paroissiens.

     C’est avec tous les membres de la paroisse Saint Paul Aurélien du Haut Léon et les prêtres en responsabilité pastorale que notre curé portera sa mission ; dans l’écoute, la prière et le service d’annonce de l’Evangile du Christ. C’est pourquoi, tous missionnaires, nous devons être solidaires autour du Père Guillaume, pour savoir tendre la main à ceux qui sont à ‘’l’extérieur’’.

Soyez le bienvenu parmi nous, Père Guillaume.

Patrick de SAGAZAN
Membre de l’équipe communication

« Il fait entendre les sourds et parler les muets ».

« Il fait entendre les sourds et parler les muets ».

    Face à une partie du peuple élu devenu sourd à sa prédication, et qui n’écoute pas ses appels à la conversion, Jésus a voulu ‘changer de peuple’ : il est passé en territoire païen. Il vient s’occuper des oreilles et de la langue des hommes.
    A l’encontre de toutes les attitudes de repli sur soi, les nôtres aussi bien que celles que nous repérons trop facilement chez nos frères, Jésus commande : ‘ Ouvre-toi, sors de ta bulle, aussi belle soit-elle !’ L’autisme spirituel n’est pas chrétien.
Oui, ouvre-toi, paroissien, pour écouter et accueillir les enseignements de l’Evangile. Ouvre-toi pour que ta foi puisse se dire avec toutes les facettes de ta vie, aussi boiteuse soit-elle. Car ce sont les oreilles et la langue qui sont les chemins de Dieu, bien plus que les yeux, qui sont de simples curieux.
    Fides ex auditu (la foi vient de l’écoute) de la Parole de Dieu, et son cheminement en chacun le pousse à raconter la nouveauté, les merveilles de Dieu qui s’accomplissent alors dans sa vie. Il est assez amusant de constater ici que l’un de nos verbes bretons pour dire ‘parler’ est marvaillad (dire des merveilles) et que l’une des manières d’entrer en conversation est : Hag a nevez ? (Quoi de neuf ?).
La mission dans une paroisse est de conduire à l’écoute de Jésus ‘qui fait toutes choses nouvelles’, et de s’organiser pour amplifier ses merveilles dans le monde.
    Au seuil de trois années à la tête de la paroisse Saint Paul Aurélien, j’ai proclamé la Parole et j’ai été le témoin émerveillé de sa réception chez les Léonards, pratiquants et non-pratiquants. Je cueille et j’accueille les paroles de foi exprimées, les gestes de fraternité et de charité. Je prie pour que l’Esprit Saint efface des surdités résiduelles, les langues ‘trop fières’.
Sachez que, quittant aujourd’hui la paroisse, je conserve en mémoire les visages et les paroles magnifiques de beaucoup d’entre vous.
Merci !
Père Dominique THEPAUT / Administrateur paroissial 2018-2021

ASSOMPTION   2021- Edito par le P. Dominique de LAFFOREST.

ASSOMPTION 2021- Edito par le P. Dominique de LAFFOREST.

Marie, dont nous ne savons rien, ou presque.
« et le nom de la jeune fille était Marie ». C’est tout.
Jeune, saine, radieuse, vierge, elle marche, droite et svelte, portant sur sa tête la cruche qu’elle va remplir à la fontaine.
« et son nom était Marie ». C’est tout.
Et quand elle eut répondu ‘oui’ à l’Envoyé de Dieu, « la petite servante du Seigneur »,
elle se mit en route, sans attendre, par les monts de  Judée, la vierge dont nous ne savons rien, ou presque.
Sur le seuil de la maison de Zacharie
Sa voix fit exulter la lourde Elisabeth
Et tressaillir en elle l’enfant qu’elle n’espérait plus.
Marie, la mère de Celui qui doit venir !...
Elle l’enveloppa de langes et le coucha
Dans la mangeoire vide.
Elle donna le sein au Fils de Dieu,
Marie, l’épouse de Joseph, le Juste.
Elle trait ses brebis et pétrit la galette, Marie, à Nazareth.
Marie, mère au cœur transpercé,
Mère, debout, qui ne s’est pas enfuie, comme les amis du Fils.
Marie, donnée par lui, qui s’est vidé de vie,  pour ses amis,
Marie, dont nous ne savons rien. Que ça.
Marie, la toute jeune et vierge et mère, comme nulle autre mère,
Parce qu’elle est choisie, entre toutes les femmes
Pour porter l’Etre qui est Vie. Et Vie éternelle…
Marie, « vase d’honneur » et « tour d’ivoire »,
Sur qui la mort est sans pouvoir
Et la laisse emporter,  « assompter »
« plus haut que tous les anges »,
première créature à traverser le Temps
pour entrer dans la Terre Nouvelle,
la « céleste Jérusalem »
où elle nous attend !     
Père Dominique de LAFFOREST

123